Gilgamesh

Gilgamesh
Il était une fois, dans une grande ville très ancienne appelée Uruk, un puissant roi nommé Gilgamesh.

(Voix forte et geste large) Gilgamesh était fort comme un taureau et beau comme un dieu !

Mais il était aussi très fier et pas toujours gentil avec son peuple.

(Voix douce, air mystérieux) Alors les dieux décidèrent de lui envoyer un ami spécial…

Ils créèrent Enkidu, un homme sauvage qui vivait dans la forêt avec les animaux.

(Imiter un animal qui court) Enkidu courait plus vite que les gazelles !

Un jour, Gilgamesh et Enkidu se rencontrèrent. Ils se battirent d’abord…

(Mime de combat avec les bras) Bam ! Boum !

Mais ils devinrent vite les meilleurs amis du monde.

(Sourire et geste d’amitié) Ensemble, ils vivaient de grandes aventures !

Un jour, ils décidèrent d’aller combattre un monstre géant dans la forêt de cèdres.

(Voix effrayante) Le monstre s’appelait Humbaba et il faisait peur à tout le monde !

Gilgamesh et Enkidu voyagèrent longtemps et affrontèrent de nombreux dangers.

(Mime de marche fatigué) Mais ils ne renonçaient jamais !

Finalement, ils trouvèrent Humbaba et réussirent à le vaincre après un dur combat.

(Ton victorieux) Hourra ! Ils étaient des héros !

Mais les dieux n’étaient pas contents qu’ils aient tué Humbaba.

(Voix triste) Pour les punir, ils rendirent Enkidu très malade…

Enkidu mourut, et Gilgamesh fut très triste de perdre son ami.

(Mime d’essuyer une larme) Il décida alors de partir à la recherche du secret de la vie éternelle.

Il voyagea très loin et rencontra un vieil homme très sage.

(Voix de vieux sage) Le vieil homme lui dit : « Gilgamesh, profite de la vie pendant que tu es jeune et fort. C’est ça le vrai secret ! »

Gilgamesh comprit la leçon et rentra chez lui à Uruk.

(Voix douce) Il devint alors un bon roi, aimé de tous.

Et c’est ainsi que se termine l’histoire de Gilgamesh, le grand roi d’Uruk.

(Bâillement) Maintenant, il est temps de dormir, comme le sage Gilgamesh !

Léviathan

Léviathan
Voici une version adaptée de l’histoire de Léviathan pour un enfant de 4 ans :

Il était une fois, dans les profondeurs de l’océan…
(Parler doucement, faire des gestes ondulants avec les mains)

…vivait une créature gigantesque appelée Léviathan.
(Écarter grand les bras pour montrer la taille)

Léviathan était si grand qu’il pouvait avaler des bateaux entiers !
(Ouvrir grand la bouche, faire semblant d’avaler)

Un jour, des marins courageux décidèrent de partir à sa recherche.
(Voix plus forte et enjouée, mimer qu’on regarde à l’horizon)

Ils naviguèrent longtemps sur les mers agitées…
(Faire tanguer le corps comme sur un bateau)

Soudain, ils virent une énorme queue sortir de l’eau !
(Ton surpris, pointer du doigt)

C’était Léviathan ! Il était encore plus impressionnant que prévu.
(Voix pleine d’admiration)

Les marins eurent très peur, mais ils restèrent braves.
(Mimer qu’on tremble un peu, puis prendre un air déterminé)

Ils lancèrent leurs harpons sur la bête…
(Geste de lancer)

Mais rien ne pouvait percer sa peau épaisse !
(Secouer la tête, air déçu)

Léviathan plongea alors sous l’eau…
(Geste de la main qui descend)

Et fit chavirer le bateau d’un coup de queue !
(Faire un grand geste brusque)

Les marins tombèrent à l’eau. Plouf !
(Mimer qu’on tombe)

Heureusement, ils purent nager jusqu’à une île proche.
(Mimer qu’on nage)

Ils avaient échoué à capturer Léviathan…
(Voix un peu triste)

Mais ils avaient vécu une incroyable aventure !
(Terminer sur un ton joyeux et excité)

Et c’est ainsi que Léviathan continua à régner sur les océans…
(Voix douce et apaisante pour la fin)

Le prince Grenouille

Le prince Grenouille
Voici une version adaptée du conte « Le Prince Grenouille » pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour le conteur :

Il était une fois, dans un grand château…
(Parler doucement, faire un geste large pour montrer le château)

…une jolie princesse qui aimait jouer avec sa balle d’or.
(Sourire, mimer le fait de lancer une balle)

Un jour, sa balle tomba dans un puits profond. Oh non !
(Ton surpris, ouvrir grand les yeux)

La princesse était si triste qu’elle se mit à pleurer.
(Mimer des larmes qui coulent)

Soudain, une petite voix se fit entendre : « Pourquoi pleures-tu ? »
(Prendre une voix aiguë pour la grenouille)

C’était une grenouille ! Elle dit : « Je peux t’aider, mais promets-moi d’être mon amie. »
(Continuer avec la voix de grenouille, faire un petit bond avec la main)

La princesse promit, et hop ! La grenouille plongea et ramena la balle.
(Mimer le plongeon et la remontée)

Mais quand la grenouille voulut la suivre au château, la princesse s’enfuit !
(Ton désapprobateur, secouer doucement la tête)

Le roi, qui avait tout vu, dit : « Une promesse est une promesse, ma fille. »
(Voix grave pour le roi, air sérieux)

Alors la princesse laissa la grenouille entrer. Elle mangea dans son assiette et dormit sur son oreiller.
(Mimer le repas et le sommeil, air dégoûté)

Au matin, surprise ! La grenouille s’était transformée en beau prince !
(Ton joyeux et émerveillé)

Un méchant sort avait été brisé par la gentillesse de la princesse.
(Sourire, faire un geste comme pour briser quelque chose)

Ils devinrent les meilleurs amis du monde et vécurent heureux pour toujours.
(Ton doux et rassurant, faire un câlin imaginaire)

Et c’est ainsi que se termine notre histoire. Fais de beaux rêves, mon petit.
(Chuchoter, caresser doucement la tête de l’enfant)

(Conseils de lisibilité : utilisez des phrases courtes, faites des pauses entre chaque paragraphe, et ajustez votre rythme selon les réactions de l’enfant.)

La légende de Robin des Bois

La légende de Robin des Bois
Il était une fois, dans la belle forêt de Sherwood… (parler doucement, faire un geste large avec les bras)

Vivait un homme courageux nommé Robin des Bois. (ton admiratif)
Il portait un chapeau vert avec une jolie plume. (mimer le chapeau sur la tête)

Robin aimait aider les pauvres gens du village. (sourire chaleureux)
Mais le méchant Shérif de Nottingham voulait l’attraper ! (froncer les sourcils, voix plus grave)

Un jour, Robin entendit que le Shérif allait voler l’argent des villageois. (mimer l’oreille qui écoute)
« Je dois les protéger ! » dit-il à ses amis. (voix déterminée)

Robin et ses compagnons se cachèrent dans les arbres. (se baisser comme pour se cacher)
Quand le Shérif passa, ils sautèrent et prirent l’argent ! (mimer un saut)

« Rendez-moi ça ! » cria le Shérif. (voix forte et fâchée)
Mais Robin était trop rapide. Il s’enfuit dans la forêt. (mimer la course)

Robin donna tout l’argent aux pauvres villageois. (geste de distribuer)
Tout le monde était heureux et remercia Robin. (grand sourire)

Le Shérif était très en colère. (grogner un peu)
Mais il ne réussit jamais à attraper le brave Robin. (secouer la tête)

Et c’est ainsi que Robin des Bois devint un héros. (ton fier)
Il continua à protéger les gens de la forêt de Sherwood. (voix douce et rassurante)

Maintenant, ferme tes yeux et imagine Robin dans sa belle forêt verte… (chuchoter, faire un geste apaisant)

Fais de beaux rêves, mon petit héros. (caresser doucement la tête de l’enfant)

La légende de Persée et Méduse

La légende de Perseus et Méduse
Voici une version adaptée de l’histoire de Persée et Méduse pour un enfant de 4 ans, à raconter en 3 minutes :

(Commencez d’une voix douce et mystérieuse)
Il était une fois, dans un royaume lointain, un jeune garçon nommé Persée.
(Faites un geste large avec vos bras pour montrer l’étendue du royaume)

Un jour, le méchant roi ordonna à Persée d’accomplir une mission très dangereuse : rapporter la tête de Méduse, un monstre terrifiant aux cheveux de serpents !
(Prenez une voix grave pour le roi, puis faites semblant d’avoir peur en parlant de Méduse)

Heureusement, les dieux aimaient bien Persée. Ils lui donnèrent des cadeaux magiques pour l’aider :
– Des sandales volantes
– Un casque qui le rendait invisible
– Un bouclier brillant comme un miroir
– Une épée spéciale
(Énumérez les objets en les mimant un par un)

Persée s’envola vers l’île de Méduse.
(Faites semblant de voler en agitant doucement les bras)

Arrivé sur l’île, il mit son casque pour devenir invisible.
(Faites mine de mettre un casque sur votre tête)

Méduse ne pouvait pas le voir, mais Persée devait faire attention ! Si on regarde Méduse dans les yeux, on se transforme en statue de pierre.
(Chuchotez et ayez l’air inquiet)

Alors Persée eut une idée. Il utilisa son bouclier brillant comme un miroir pour voir où était Méduse sans la regarder directement.
(Faites semblant de tenir un bouclier et de regarder dedans)

Quand il vit Méduse dans le reflet, il s’approcha tout doucement…
(Faites des pas silencieux sur place)

…et d’un coup rapide de son épée magique, il coupa la tête de Méduse !
(Faites un geste rapide du bras comme si vous teniez une épée)

Persée mit la tête dans un sac et s’envola vite vers le royaume.
(Mimez de mettre quelque chose dans un sac et de vous envoler à nouveau)

Le roi fut si surpris de voir Persée réussir qu’il le laissa tranquille après ça.

Et c’est ainsi que Persée devint un héros grâce à son courage et à l’aide des dieux.
(Terminez d’une voix triomphante mais douce)

(Chuchotez) Et maintenant, il est temps de dormir, comme Persée après sa grande aventure.

Les Bottes de sept lieues

Les Bottes de sept lieues
Voici une version adaptée de l’histoire des Bottes de sept lieues pour un enfant de 4 ans, à raconter en 3 minutes environ :

(Voix douce et mystérieuse) Il était une fois, dans un royaume lointain, un ogre terrible qui possédait des bottes magiques.
(Geste large des bras) Ces bottes étaient si spéciales qu’elles permettaient de faire des pas géants !

(Ton excité) Un jour, un petit garçon courageux nommé Tom entendit parler de ces bottes fabuleuses.
(Mimique déterminée) Il décida d’aller les chercher pour aider les villageois effrayés par l’ogre.

(Voix plus basse, air de confidence) Tom se faufila discrètement dans le château de l’ogre pendant que celui-ci dormait.
(Gestes furtifs) Il marcha sur la pointe des pieds jusqu’à la chambre…

(Ton dramatique) Soudain, l’ogre se réveilla !
(Mime de grands yeux effrayés) Tom se cacha vite sous le lit. Ouf !

(Voix excitée) Quand l’ogre repartit, Tom attrapa les bottes magiques et les enfila.
(Grands gestes) D’un seul pas, il traversa toute la forêt !

(Ton triomphant) Grâce aux bottes, Tom put aider tous les villageois et devint un héros.
(Sourire chaleureux) Et depuis ce jour, tout le monde vécut heureux et en sécurité.

(Voix douce) Maintenant, il est temps de faire de beaux rêves, comme Tom dans ses bottes magiques.

Le Renard et le Bouc

Le Renard et le Bouc
Voici une version adaptée de l’histoire « Le Renard et le Bouc » pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour le conteur :

(Commencez d’une voix douce et calme)
Il était une fois, dans une belle forêt, un renard malin et un bouc curieux. Un jour très chaud…

(Faites semblant de vous éventer)
…ils marchaient ensemble et avaient très soif.

(Mimez la soif en tirant la langue)

Soudain, ils trouvèrent un puits.
(Pointez du doigt comme si vous montriez le puits)

Sans réfléchir, hop ! Ils sautèrent dedans.
(Faites un petit saut sur place)

Plouf ! L’eau était fraîche et délicieuse.
(Faites semblant de boire avec satisfaction)

Mais après avoir bu, ils réalisèrent qu’ils étaient coincés !
(Ouvrez grand les yeux, l’air surpris)

Le renard, très malin, eut une idée.
(Tapotez votre tête comme si vous réfléchissiez)

(Prenez une voix rusée pour le renard)
« Ami bouc, j’ai un plan ! Si tu te mets debout contre le mur, je grimperai sur ton dos et je sortirai. Ensuite, je t’aiderai à sortir ! »

Le bouc, tout content, accepta.
(Faites un grand sourire)

(Imitez le bruit des pas du renard qui grimpe)
Le renard grimpa sur le dos du bouc, sauta hors du puits et…

(Faites une pause dramatique, puis prenez un ton triste)
…il partit sans aider le pauvre bouc !

(Reprenez votre voix normale)
Le bouc comprit alors qu’il ne faut pas toujours faire confiance aux belles paroles.

(Terminez d’une voix douce)
Et c’est ainsi que se termine l’histoire du renard malin et du bouc trop confiant. Maintenant, il est temps de fermer les yeux et de faire de beaux rêves.

(Chuchotez)
Bonne nuit, petit(e).

Les lutins cordonniers

Les lutins cordonniers
Voici une version adaptée de l’histoire des lutins cordonniers pour un enfant de 4 ans, à raconter en environ 3 minutes :

(Voix douce et mystérieuse) Il était une fois, dans un petit village, un cordonnier et sa femme. Ils étaient très pauvres.
(Mimer l’air triste) Un soir, le cordonnier n’avait plus de cuir que pour une seule paire de chaussures.

(Voix fatiguée) « Allons nous coucher », dit-il à sa femme. « Demain, je ferai ces dernières chaussures. »

(Faire des gestes de surprise) Mais le lendemain matin, quelle surprise ! Sur l’établi se trouvait une magnifique paire de chaussures, parfaitement cousue !

(Ton excité) Un client riche acheta aussitôt ces belles chaussures. Le cordonnier put acheter du cuir pour deux nouvelles paires.

(Voix basse et mystérieuse) Le soir venu, il laissa le cuir sur l’établi. Et le lendemain…
(Ouvrir grand les yeux) Deux nouvelles paires étaient là !

(Ton intrigué) Cela continua ainsi pendant des jours. Le cordonnier et sa femme devinrent riches. Mais qui les aidait ?

(Chuchoter) Une nuit, ils décidèrent de se cacher pour observer.
(Mimer quelqu’un qui regarde discrètement) À minuit, deux petits lutins tout nus arrivèrent en sautillant.

(Imiter des petits pas rapides) En un clin d’œil, ils fabriquèrent de magnifiques chaussures, puis repartirent.

(Voix émue) Le couple fut touché par la gentillesse des lutins. La femme eut une idée :
« Fabriquons-leur des vêtements pour les remercier ! »

(Mimer la couture) Ils confectionnèrent de petits habits et les laissèrent sur l’établi.

(Ton joyeux) Cette nuit-là, les lutins trouvèrent les vêtements. Ils étaient si contents !
(Imiter une danse de joie) Ils dansèrent, s’habillèrent, puis disparurent pour toujours.

(Voix douce) Le cordonnier et sa femme ne les revirent jamais. Mais ils vécurent heureux grâce à la magie des petits lutins.

Pinocchio

Pinocchio
Voici une version courte de l’histoire de Pinocchio adaptée pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour le conteur :

(Voix douce et mystérieuse) Il était une fois, dans un petit village italien, un vieux menuisier nommé Geppetto. Il vivait tout seul et rêvait d’avoir un fils.

(Mimer le geste de sculpter) Un jour, Geppetto sculpta un pantin en bois et l’appela Pinocchio.

(Voix enjouée, yeux écarquillés) Mais quelle surprise ! Pendant la nuit, une fée magique donna vie à Pinocchio !

(Voix de Pinocchio, aiguë et joyeuse) « Papa ! Je suis vivant ! »

(Voix normale) Geppetto était fou de joie. Mais Pinocchio était espiègle et désobéissant.

(Ton sérieux, doigt levé) La fée lui dit : « Sois sage et ton nez ne grandira pas quand tu mentiras. »

(Mimer Pinocchio qui s’en va) Un jour, au lieu d’aller à l’école, Pinocchio partit à l’aventure.

(Voix inquiète) Il rencontra des voleurs qui voulurent le capturer !

(Mimer la course) Pinocchio courut, courut… et tomba dans la mer !

(Faire des gestes de nage) Il nagea longtemps et fut avalé par une énorme baleine !

(Chuchoter) À l’intérieur, qui trouva-t-il ? Geppetto, qui le cherchait !

(Voix forte) Ensemble, ils firent un grand feu pour faire éternuer la baleine.

(Mimer l’éternuement) « Atchoum ! » La baleine les recracha.

(Voix émue) Pinocchio avait appris sa leçon. Il promit d’être sage.

(Ton joyeux) La fée, fière de lui, le transforma en vrai petit garçon.

(Voix douce) Et ils vécurent heureux pour toujours.

(Bâiller et s’étirer) Maintenant, il est temps de dormir, comme le petit Pinocchio dans son lit.

Le Vilain Petit Canard

Le Vilain Petit Canard
Voici une version adaptée du Vilain Petit Canard pour un enfant de 4 ans, à raconter en 3 minutes environ :

Il était une fois, dans une jolie ferme… (voix douce et mystérieuse)

Une maman cane qui couvait ses œufs. Un beau jour, tous les œufs ont éclos !
(Mimer l’éclosion avec les mains)

Mais le dernier caneton était différent des autres. Il était plus grand et gris.
(Froncer les sourcils, l’air perplexe)

Les autres canetons se moquaient de lui : « Oh, qu’il est vilain ! » disaient-ils.
(Prendre une voix moqueuse)

Le pauvre petit canard était très triste.
(Mimer des larmes qui coulent)

Alors un jour, il décida de partir explorer le monde.
(Geste de la main comme pour partir au loin)

Il rencontra plein d’animaux, mais personne ne voulait être son ami.
(Secouer la tête tristement)

L’hiver arriva, il faisait très froid. Le petit canard grelottait.
(Se frotter les bras comme si on avait froid)

Mais au printemps, quelque chose d’extraordinaire se produisit !
(Ouvrir grand les yeux, l’air émerveillé)

Le vilain petit canard se transforma en un magnifique cygne blanc !
(Écarter les bras comme des ailes)

Tous les animaux l’admiraient maintenant. Il était devenu le plus beau de tous !
(Sourire fièrement)

Le cygne comprit alors qu’il fallait être patient. La beauté vient parfois en grandissant.
(Voix douce et sage)

Et il vécut heureux au bord du lac, entouré de nouveaux amis.
(Terminer d’une voix apaisante)

Bonne nuit mon petit. Fais de beaux rêves…
(Chuchoter tendrement)