La légende d’Anubis

La légende d
Voici une version adaptée de la légende d’Anubis pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour la narration :

Il était une fois, dans l’Égypte ancienne, un dieu très spécial nommé Anubis.
(Parler doucement, avec un air mystérieux)

Anubis avait une tête de chacal noir et un corps d’homme fort.
(Mimer une tête de chien et montrer ses muscles)

Son travail était très important : il guidait les âmes des morts vers l’au-delà.
(Faire un geste de la main comme pour montrer le chemin)

Un jour, le méchant dieu Seth tua Osiris, le roi des dieux.
(Prendre une voix grave et faire un air fâché)

Anubis était triste et en colère. Il décida d’aider Isis, la femme d’Osiris.
(Mimer des larmes puis serrer les poings)

Ensemble, ils rassemblèrent les morceaux du corps d’Osiris.
(Faire semblant de ramasser des choses par terre)

Anubis utilisa sa magie pour transformer Osiris en la première momie.
(Agiter les mains comme un magicien)

Grâce à Anubis, Osiris put devenir le roi du monde des morts.
(Mimer une couronne sur la tête)

Depuis ce jour, Anubis protège tous ceux qui partent pour l’au-delà.
(Faire un câlin imaginaire)

Il les aide à traverser en sécurité et veille sur eux pour toujours.
(Bercer doucement ses bras)

Et c’est ainsi qu’Anubis devint un héros pour les anciens Égyptiens.
(Finir avec un grand sourire et un ton joyeux)

La légende d’Horus

La légende d'Horus

Voici une version adaptée de la légende d’Horus pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour la narration :

Il était une fois, dans l’ancienne Égypte, un petit garçon nommé Horus. 

(Parler doucement, avec un ton mystérieux)

Son papa Osiris était le roi d’Égypte, aimé de tous. 

Mais son méchant oncle Seth était très jaloux.

(Froncer les sourcils en parlant de Seth)

Un jour, Seth fit un très vilain tour à Osiris. 

Il l’enferma dans un grand coffre et le jeta dans le Nil !

(Faire un geste d’enfermement avec les mains)

La maman d’Horus, Isis, était très triste. 

Elle chercha Osiris partout dans le pays.

(Mimer la recherche en regardant autour)

Quand elle le retrouva enfin, Seth revint et fit encore plus de bêtises.

Il découpa Osiris en petits morceaux ! Oh là là !

(Ton choqué, yeux écarquillés)

Mais Isis était très intelligente. 

Elle rassembla tous les morceaux et utilisa sa magie.

(Faire un geste de baguette magique)

Osiris revint à la vie, mais pas complètement. 

Il devint le roi du monde des morts.

(Chuchoter mystérieusement)

Horus grandit et devint fort et courageux. 

Il décida de combattre Seth pour venger son papa.

(Ton déterminé, poings serrés)

La bataille dura très longtemps. 

Horus perdit même un œil !

(Couvrir un œil avec la main)

Mais à la fin, Horus gagna. 

Il devint le nouveau roi d’Égypte, comme son papa avant lui.

(Ton joyeux et triomphant)

Et depuis ce jour, Horus protège tous les pharaons d’Égypte.

Il veille sur eux comme un grand frère bienveillant.

(Ton doux et rassurant)

Maintenant, ferme tes yeux et fais de beaux rêves.

Horus veille aussi sur toi, petit(e) prince(sse) d’Égypte.

(Chuchoter tendrement)

Le Minotaure

Voici une version adaptée de l’histoire du Minotaure pour un enfant de 4 ans, avec des indications pour la narration :

Il était une fois, sur une île lointaine appelée la Crète, un roi nommé Minos.
(Voix douce et mystérieuse)

Le roi Minos avait un secret terrible : dans son grand palais vivait une créature étrange.
(Baisser la voix, se pencher vers l’enfant)

Cette créature s’appelait le Minotaure. Il avait le corps d’un homme très fort, mais sa tête…
(Pause dramatique)
… était celle d’un taureau !
(Faire de grands yeux, mimer des cornes avec les mains)

Le Minotaure vivait dans un immense labyrinthe, plein de couloirs et de pièces.
(Faire des gestes pour montrer un grand espace)

Chaque année, le roi Minos demandait à d’autres pays de lui envoyer des jeunes gens.
(Voix triste) Ces pauvres jeunes étaient perdus dans le labyrinthe, où le Minotaure les attrapait.

Un jour, un jeune homme courageux nommé Thésée décida d’arrêter ça.
(Voix déterminée) « Je vais vaincre le Minotaure ! » dit-il.

La fille du roi, Ariane, tomba amoureuse de Thésée. Elle lui donna une pelote de fil.
(Mimer le déroulement d’un fil)

Thésée attacha le fil à l’entrée du labyrinthe et le déroula en avançant.
(Geste de dérouler)

Au cœur du labyrinthe, il trouva le Minotaure !
(Voix forte) Thésée combattit bravement la créature et gagna.

Puis, grâce au fil d’Ariane, il retrouva facilement la sortie.
(Voix joyeuse) Thésée devint un héros et tout le monde était content !

(Voix douce) Et c’est ainsi que se termine l’histoire du brave Thésée et du Minotaure.
Fais de beaux rêves, mon petit.
(Caresser doucement la tête de l’enfant)

Ulysse contre le Cyclope


Il était une fois, le courageux Ulysse et ses amis marins…
(Voix douce et mystérieuse, gestes lents des mains comme des vagues)

Ils naviguaient sur leur grand bateau, quand soudain…
(Ouvrir grand les yeux, ton surpris)
Ils virent une île ! Affamés, ils décidèrent d’y accoster.

Sur l’île vivait un géant Cyclope, avec un seul œil !
(Faire un grand cercle avec les mains autour d’un œil)
Il habitait dans une grotte sombre et effrayante.

Le Cyclope attrapa les amis d’Ulysse pour les manger !
(Voix grave et menaçante, mime d’attraper quelque chose)

Mais Ulysse, malin comme un renard, avait un plan…
(Ton conspirateur, doigt sur le côté du nez)

Il offrit du vin au Cyclope, qui s’endormit profondément.
(Mimer quelqu’un qui boit, puis ronfler bruyamment)

Alors Ulysse et ses amis prirent un grand bâton pointu…
(Mimer tenir un long bâton)
Et paf ! Ils piquèrent l’œil du Cyclope !
(Geste rapide vers l’avant)

« Aïe, aïe, aïe ! » hurla le géant.
(Voix forte et plaintive, mains sur l’œil)

Ulysse et ses amis se cachèrent sous les moutons pour s’échapper.
(Se baisser et faire semblant de se cacher)

Le Cyclope aveugle ne les vit pas partir.
(Mimer quelqu’un qui tâtonne)

Ulysse et ses amis remontèrent vite sur leur bateau.
(Gestes rapides comme pour grimper)

« Au revoir, gros bêta ! » cria Ulysse en partant.
(Ton moqueur, geste de la main)

Et c’est ainsi qu’Ulysse, grâce à son intelligence,
sauva ses amis du méchant Cyclope.
(Voix douce et satisfaite, sourire)

Maintenant, il est temps de dormir, comme le Cyclope après son vin !
(Voix très douce, mimer quelqu’un qui s’endort)

Shiva

Shiva
Voici une version adaptée de l’histoire de Shiva pour un enfant de 4 ans, à raconter en 3 minutes :

Il était une fois, dans les montagnes enneigées de l’Himalaya, un puissant dieu nommé Shiva.
(Parler d’une voix douce et mystérieuse, faire un geste large pour montrer les montagnes)

Shiva avait la peau bleue comme le ciel et de longs cheveux noirs comme la nuit.
(Pointer vers le ciel, puis passer la main dans ses cheveux)

Un jour, Shiva décida de méditer pendant très, très longtemps. Il s’assit en tailleur et ferma les yeux.
(Mimer la position de méditation, fermer les yeux)

Pendant que Shiva méditait, des démons méchants décidèrent d’attaquer le monde.
(Prendre une voix plus grave et effrayante)

La belle déesse Parvati, l’épouse de Shiva, essaya de le réveiller. Elle dansa et chanta, mais rien ne marchait !
(Mimer une danse joyeuse)

Alors Parvati eut une idée. Elle demanda à son fils Ganesha, le dieu à tête d’éléphant, de faire du bruit avec sa trompe.
(Faire le geste de la trompe et le bruit « Tooot! »)

TOOOOOOOT ! Le bruit réveilla enfin Shiva.
(Sursauter et ouvrir grand les yeux)

Shiva vit les démons et se mit très en colère. Ses yeux lancèrent des éclairs !
(Froncer les sourcils et pointer du doigt)

D’un seul geste, Shiva fit disparaître tous les méchants démons.
(Faire un grand geste de la main)

Le monde était sauvé ! Shiva, Parvati et Ganesha firent une grande fête pour célébrer.
(Sourire et mimer des applaudissements)

Et c’est ainsi que Shiva devint le protecteur du monde, toujours prêt à combattre le mal.
(Finir d’une voix douce et rassurante)

Maintenant, il est temps de dormir, comme Shiva qui médite paisiblement dans les montagnes.
(Chuchoter et mimer le sommeil)

Bonne nuit, petit être divin.

Odin

Odin
Il était une fois, dans un royaume magique appelé Asgard, un grand roi nommé Odin.
(Voix douce et mystérieuse, gestes amples pour évoquer un grand royaume)

Odin était très sage, mais il voulait en savoir encore plus pour protéger son peuple.
(Ton réfléchi, main sur le menton)

Un jour, il décida de partir en quête de sagesse. Il monta sur son cheval magique à huit pattes, Sleipnir.
(Imiter le bruit des sabots avec la bouche)

Odin voyagea longtemps, très longtemps. Il traversa des forêts sombres et des montagnes enneigées.
(Voix plus basse, gestes pour montrer un long voyage)

Enfin, il arriva au pied d’un immense arbre, Yggdrasil. Ses branches touchaient les nuages !
(Lever les bras haut pour montrer la taille de l’arbre)

Odin savait qu’il devait faire un grand sacrifice pour obtenir la sagesse. Alors, il s’accrocha à une branche…
(Ton grave, pause dramatique)

…et resta suspendu pendant neuf jours et neuf nuits !
(Compter sur ses doigts, l’air étonné)

C’était très dur, mais Odin tint bon. Et vous savez quoi ?
(Se pencher vers l’enfant, ton de confidence)

À la fin, il découvrit les runes magiques ! Ces symboles lui donnèrent de grands pouvoirs.
(Gestes comme pour dessiner des runes dans l’air)

Odin revint à Asgard, plus sage que jamais. Il utilisa sa nouvelle sagesse pour aider et protéger son peuple.
(Voix forte et rassurante)

Et c’est ainsi qu’Odin devint le plus grand de tous les dieux nordiques !
(Terminer avec un grand sourire)

Maintenant, il est temps de dormir, comme Odin après son long voyage. Fais de beaux rêves !
(Voix douce, caresser doucement la tête de l’enfant)

La légende de Pygmalion

La légende de Pygmalion
Il était une fois, dans un pays lointain, un sculpteur nommé Pygmalion.
(Voix douce et mystérieuse)

Pygmalion était très doué, mais il était aussi très seul. Il passait ses journées à sculpter de belles statues.
(Mimer le geste de sculpter)

Un jour, il décida de créer la plus belle statue du monde : une femme parfaite en ivoire.
(Ton excité, yeux grands ouverts)

Jour après jour, il travailla avec passion.
(Mimer le travail avec concentration)

Quand la statue fut terminée, Pygmalion tomba amoureux d’elle ! Il lui parlait, lui offrait des cadeaux…
(Voix tendre, gestes doux)

Mais la statue ne pouvait pas lui répondre. Pygmalion était très triste.
(Ton triste, tête baissée)

Un jour, il alla prier la déesse de l’amour, Aphrodite. Il lui demanda de donner vie à sa statue.
(Mains jointes, ton suppliant)

Aphrodite, touchée par son amour, décida d’exaucer son vœu.
(Voix douce et magique)

Quand Pygmalion rentra chez lui, il vit sa statue bouger !
(Ton surpris, geste de recul)

Elle devint une vraie femme, belle et vivante. Pygmalion l’appela Galatée.
(Voix joyeuse et émerveillée)

Ils tombèrent amoureux et vécurent heureux pour toujours.
(Ton doux et souriant)

Ainsi se termine l’histoire de Pygmalion, qui nous montre que l’amour peut accomplir des miracles.
(Voix calme pour conclure)

Le Cheval de Troie

Il était une fois, il y a très longtemps, une grande ville appelée Troie. Cette ville était entourée de grands murs, si hauts qu’on aurait dit qu’ils touchaient le ciel ! (Faire un geste vers le haut avec les mains)

Un jour, des soldats d’un autre pays sont venus. Ils voulaient entrer dans la ville, mais les portes étaient fermées. Ils ont essayé et essayé, mais n’y arrivaient pas. (Mimer l’action de pousser)

Alors, un soldat malin a eu une idée. « Et si on construisait un énorme cheval en bois ? » a-t-il dit. Tous les autres soldats ont trouvé que c’était une super idée !

Pendant des jours et des nuits, ils ont travaillé dur pour construire ce grand cheval. Il était si grand qu’il faisait la taille d’une maison ! (Écarter les bras pour montrer la taille)

Quand le cheval fut terminé, les soldats se sont cachés à l’intérieur. Chut ! Il fallait être très silencieux. (Mettre un doigt sur les lèvres)

Les gens de Troie ont vu ce magnifique cheval devant leurs portes. « Oh, quel beau cadeau ! » ont-ils pensé. Alors, ils ont ouvert les grandes portes et ont fait entrer le cheval dans leur ville.

La nuit, quand tout le monde dormait… (Faire semblant de dormir) les soldats sont sortis tout doucement du cheval. Tip, tap, tip, tap… (Mimer des pas silencieux)

Ils ont ouvert les portes de la ville pour laisser entrer tous leurs amis soldats. Et c’est ainsi qu’ils ont réussi à entrer dans la grande ville de Troie.

Les gens de Troie étaient très surpris quand ils se sont réveillés ! Ils ont appris une leçon importante ce jour-là : il faut toujours faire attention aux cadeaux étranges, même s’ils ont l’air beaux.

Et c’est ainsi que se termine l’histoire du grand cheval de Troie. (Faire un geste de fermeture, comme fermer un livre)

Maintenant, il est temps de fermer les yeux et de faire de beaux rêves, mais pas de chevaux géants, d’accord ? (Sourire et faire un clin d’œil)