Qui dirige un groupe de chevaux ?

Qui dirige un groupe de chevaux ?

Qui initie le mouvement de groupe ?

Organisation sociale des chevaux


Pour étudier les mouvements collectifs, Briard et ses collègues ont observé deux troupeaux de chevaux domestiques en semi-liberté dans l'est de la France. Les groupes étaient similaires en taille et en composition : un troupeau comprenait un étalon, neuf juments et huit poulains, et le second troupeau comprenait un étalon, douze juments et huit poulains.

Dans cette étude, le leadership a été défini comme la capacité à initier, recruter, synchroniser et coordonner le mouvement des autres. Pour plus d'une centaine d'épreuves de mouvement de groupe, les chercheurs ont enregistré l'identité du cheval qui a initié le mouvement de groupe, ainsi que l'ordre, le moment et la position des autres chevaux lorsqu'ils se sont joints en tant que suiveurs. Les chercheurs ont recherché des modèles qui favorisent soit un leadership cohérent (le même cheval initiant le mouvement de groupe et se déplaçant en tête), soit un leadership distribué (plusieurs individus différents initiant le mouvement et se plaçant en tête).

L'étude a révélé un leadership distribué dans les deux troupeaux. Presque tous les chevaux ont initié un mouvement de groupe et ont pris la position de tête au moins une fois. Néanmoins, quelques chevaux ont initié des mouvements de groupe plus souvent que d'autres ; dans un troupeau, une seule jument a initié 40% des mouvements de groupe, et dans l'autre troupeau, deux juments ont initié 50% des mouvements de groupe combinés.


Quel est le rôle de l'étalon ?

groupe de chevaux - Page 2


Dans les deux troupeaux, l'étalon était souvent le dernier cheval à rejoindre le groupe et finissait presque toujours en position arrière ; les étalons initiaient rarement les mouvements collectifs ou se déplaçaient devant. Ce schéma a déjà été signalé chez les étalons ainsi que chez d'autres ongulés mâles. De la position arrière, l'étalon dispose d'un point d'observation supérieur pour détecter les menaces, surveiller le troupeau et maintenir le groupe ensemble.

En observant le comportement des chevaux, les chercheurs ont constaté que les juments et les étalons broutent fréquemment pendant les déplacements du groupe, mais que les étalons sont plus susceptibles de rester vigilants, et de s'arrêter pour regarder derrière eux (regard en arrière). Les étalons urinent et défèquent également beaucoup plus souvent que les juments. Les chercheurs ont également observé ces différences de comportement entre les étalons et les juments dans d'autres contextes.5

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont retiré l'étalon d'un troupeau en partant du principe que s'il joue un rôle clé, son retrait devrait perturber la dynamique des mouvements du groupe. En effet, après le retrait de l'étalon, le suivi a pris cinq fois plus de temps et les juments étaient plus dispersées dans l'espace. Le retrait de l'étalon n'a pas modifié la dynamique des autres troupeaux pendant le mouvement du groupe ; par exemple, les mêmes juments étaient les plus susceptibles de prendre l'initiative, et les schémas de suivi n'ont pas été affectés de manière significative.


Nos conseils


L'organisation sociale et les modèles de leadership dans les groupes d'animaux peuvent être complexes. Les chevaux sont polygynes, avec un mâle reproducteur, plusieurs femelles adultes et leur progéniture. Dans les sociétés polygynes, la croyance dominante est que le mâle a un statut élevé et contrôle les activités du groupe. Chez les chevaux, ce principe général ne tient pas la route. Bien que l'étalon défende son harem contre les concurrents, un nombre croissant de preuves scientifiques suggère que, au sein du troupeau, la structure sociale dominante est égalitaire, dans laquelle l'étalon n'est pas dominant et aucune jument n'est le patron.

 

 

Merci d'avoir lu notre article jusqu'au bout ! Pour vous remercier voici un code de réduction sur 100% de la boutique :

Nos Collections :